Après des mois de drames et de comédies qui en disent long sur l’état de déliquescence des dirigeants et du monde politique en particulier, Donald John Trump a obtenu assez de votes pour battre sa concurrente Hillary Clinton et obtenir sa place comme le 45e Président des États-Unis d’Amérique.

Quelles conséquences pour monsieur tout le monde ?

Quels sont ses projets pour l’économie?

La campagne de Trump est notoire pour ses déclarations générales, mais comme tout candidat de nos jours cela manque cruellement de détails. Cependant sur la base de ses déclarations, nous savons que fondamentalement, Trump veut faire de l’Amérique un grand pays en créant 25 millions de nouveaux emplois au cours de la prochaine décennie. Il envisage de le faire en augmentant les dépenses d’infrastructure et en incitant les entreprises américaines à ramener des emplois aux États-Unis en réduisant les taxes, en réduisant la réglementation et en protégeant l’intérêt de l’Oncle Sam dans les accords commerciaux.

Nous avons jeté un coup d’œil à son site officiel pour plus de détails:

Infrastructure

Trump veut poursuivre une politique des infrastructures américaine d’abord en recentrant l’attention du gouvernement sur les infrastructures, l’augmentation des infrastructures étant l’un des moyens les plus faciles pour créer de nouveaux emplois, c’est un plus. Il prévoit de le faire en simplifiant les processus d’approbation des autorisations et en fournissant des crédits d’impôt tout en faisant la promotion des matières premières fabriquées par les Américains.

Taxes

Trump a également promis de réduire les impôts à tous les niveaux, ce qui devrait encourager les entreprises à investir et à fournir un revenu plus discrétionnaire pour les consommateurs. Le taux d’imposition des entreprises devrait chuter de 35% à 15%, tandis que les entreprises se voient offrir une réduction d’impôt ponctuelle pour les inciter à rapatrier des centaines de milliards de dollars de bénéfices cachés à l’étranger.

Trump a également promis de combler les lacunes fiscales pour les salariés à revenu élevé et d’accorder un allégement fiscal pour les familles qui ont besoin de garderie.

Commerce

En résumé, Trump veut négocier des accords commerciaux équitables qui créent des emplois aux États-Unis, augmentent les salaires américains et réduisent le déficit commercial américain. À l’heure actuelle, ses plans incluent le retrait du Partenariat Transpacifique (TPP), la renégociation du North American Free (ALENA), et la Chine pour ses pratiques commerciales déloyales et sa manipulation de devise.

Quelles sont ses chances de réussir à atteindre ses objectifs ?

A priori il a de bonnes chances de réussir son pari. Son parti détient la majorité au Congrès ce qui peut accélérer ses plans de réforme. Ses plus grands adversaires et négationnistes semblent aussi prêts à lui donner une chance. Cependant les plans de Trump ne sont pas sans poser problèmes. Pour commencer, le parti républicain de Trump est divisé en partisans de cols bleus et partisans à haut revenus, les propriétaires d’entreprise pas les petits entrepreneurs. Cela peut devenir difficile quand il abordera des questions comme les règlements et les réductions d’impôt.

Les plans de Trump pour protéger les intérêts commerciaux des États-Unis seront également un exercice relativement difficile. Par exemple, l’augmentation des droits de douane sur les produits chinois ne rendrait pas seulement les produits importés plus chers pour les consommateurs américains, mais limiterait également la croissance des exportations américaines si la Chine (ou tout autre partenaire commercial) décide de faire de même pour les produits américains. À l’échelle mondiale, un protectionnisme accru rendrait encore plus difficile pour les économies exportatrices de stimuler leur croissance et leur taux d’inflation.

Peut-être le plus gros problème avec les propositions de Trump est le manque de détails sur la façon dont il envisage de les financer. Oncle Sam est déjà face à un déficit budgétaire abyssal et, à moins que Trump ne réponde à ses promesses de réduire les impôts de manière significative, alors le gouvernement pourrait avoir à faire pression pour un plafond d’endettement plus élevé.

Comment les acteurs du marché ont-ils réagi?

Les traders d’actions ont applaudi les nouvelles, car les réductions d’impôt signifieront plus de bénéfices pour les compagnies américaines. Les négociants en obligations ont réagi en vendant des bons du Trésor des États-Unis, car les plans de Trump visant à augmenter massivement les dépenses d’infrastructure conduiraient vraisemblablement à une augmentation de la dette publique et à une hausse de l’inflation.

Rappelez-vous qu’une inflation plus élevée diminuerait la valeur des paiements de coupons et que les prix inférieurs des obligations se traduit généralement par des rendements plus élevés des obligations.

Le dernier mais pas le moindre, les traders sur le marché des changes ont réagi en achetant le dollar comme s’il n’y avait pas de lendemain. Non seulement les rendements plus élevés du Trésor américain entrainé une augmentation la demande pour le dollar, mais les perspectives d’inflation plus élevées rendent également plus facile l’augmentation des taux d’intérêts pour la Fed si cette spéculation ne se calme pas. Je pense qu’il faudra attendre sa prise de fonction et ses premières décisions avant d’être fixé sur l’avenir des taux à moyen terme.

Dans l’ensemble, il semble que les acteurs du marché ont choisi de se concentrer sur l’impact sur ses promesses d’augmenter les dépenses d’infrastructure et de réduire les impôts. Le sentiment peut changer en bien ou mal au cours des prochains mois quand nous obtiendrons plus de détails, mais pour l’instant vous pouvez parier que de grands changements sont à venir.

Conséquences pour la France

Après avoir constaté la frénésie politico-médiatique pour son adversaire Hilary Clinton et l’aveuglement de nos gouvernants envers l’exaspération d’une tranche de plus en plus importante des français, c’est un petit vent de panique qui commence à souffler sur les candidats à la présidentielle en France qui essaient pour certains de récupérer l’électorat perdu. Coté Européen c’est plus glacial puisque le premier invité européen de Donald Trump n’est autre que le célèbre Nigel Farage principal soutien du Brexit ce qui en dit long sur la volonté du nouveau locataire de la Maison Blanche de poursuivre les négociations avec l’Union Européenne, à ce niveau cela ressemble à un changement de cap brutal de politique étrangère pour les États-Unis et par conséquent pour l’Europe dont nous faisons partie.

D’un point de vue économique, si Donald Trump applique réellement sa politique nous pourrions assister à une hausse du dollar par rapport à l’euro comme expliqué précédemment sur la réaction des marchés ce qui permettra peut-être aux entreprises européennes de retrouver de la compétitivité à l’exportation et une hausse de l’inflation.

Please follow and like us:

Article intéressant? Faite passer l'info :)