Dans le cas où vous étiez trop occupé à suivre les dernières actus people, vous devriez savoir que la BCE Banque centrale européenne vient d’annoncer des changements de politique monétaire. Qui plus est, le grand chef Mario Draghi a également fourni quelques détails intéressants. Donc voici cinq choses que vous devez savoir sur ces annonces:

Coté assouplissement quantitatif QE, on continue…

La BCE n’a apporté aucune modification à ses taux d’intérêt officiels. Le taux de refinancement est toujours de 0,0%, le taux de prêt marginal reste à 0,25% et le taux de dépôt principal est gelé à -0,40%.

Concernant le programme d’achat d’actifs c’est une autre histoire. Pour commencer, la BCE étendra son programme jusqu’en décembre 2017 (A l’origine il devrait prendre fin en mars, mais en réduisant ses achats mensuels d’actifs de 80 à 60 milliards d’euros à partir d’avril 2017. Plus important encore, la BCE a prévenu que si les perspectives économiques devenaient moins favorables ou si les conditions financières devenaient incompatibles avec un ajustement durable de la trajectoire de l’inflation, le Conseil des gouverneurs entendait augmenter le programme en termes de taille et/ou de durée.

Fondamentalement, le programme d’assouplissement quantitatif (QE) de la BCE se poursuit. La réduction des achats mensuels d’actifs peut ressembler à quelque chose de dégressif, mais Mario Draghi n’ l’entend pas de cette manière et cela n’a pas été discuté. En fait vous devez savoir qu’il est crucial pour une banque centrale accommodante comme la BCE de réduire leurs achats d’actifs sans que les marchés interprètent ce mouvement comme un resserrement ce qui aurait l’effet inverse de celui escompté.

Modifications des paramètres du programme de rachat d’actifs

Pour calmer les spéculations concernant le fait que la BCE serait à court d’obligations à acheter, Mario Draghi et son équipe se sont donnés un peu plus de place en faisant des ajustements à leur propre programme de rachat d’actifs. La BCE peut désormais acheter des obligations dont le rendement est inférieur à son taux de dépôt (-0,40%). Cela signifie qu’ils peuvent maintenant acheter des obligations pour plus de leur valeur nominale, ce qui entraînera une perte lorsque les obligations arriveront à échéance, là c’est maintenant une certitude. La maturité des obligations éligibles au programme de rachat d’actifs est également étendue de 2 à 30 ans à 1 à 30 ans, ce qui permettra à la Banque Centrale Européenne d’accélérer la baisse des taux courts.

Enfin, les banques centrales de l’Euro système accepteront les liquidités en garantie dans leurs programmes d’achat du secteur public (PSPP) à partir du 15 décembre de cette année. L’objectif est de stimuler l’activité sur les marchés de rachat, qui a pris un coup lorsque la BCE a accumulé des obligations d’État de haute qualité.

L’objectif de la BCE sera t’il atteint ?

Au vu des perspective d’inflation, l’objectif de 2% n’est pas encore atteint, loin de là car selon les estimation de la BCE l’inflation n’augmentera que de 1,3% en 2016, de 1,5% en 2018 et de 1,7% en 2019. et lorsqu’on il lui a été demandé si cela représentait la réalisation de l’objectif d’inflation de la BCE Mario Draghi  a répondu  «en dessous, mais proche de 2,0%»  suivi de «pas vraiment, nous devons donc persister.» Pendant ce temps, le PIB ne progressera que de 1,7% cette année et en 2017 avant de ralentir En baisse à 1,6% en 2018 et 2019. Donc problème en perspective pour la BCE !

L’euro a réagi comme si la BCE avait ajouté plus de stimulus

Effectivement, c’est ce que la BCE a effectivement fait, même si Draghi a vraiment essayé de satisfaire ceux qui veulent moins d’assouplissement dont l’Allemagne et d’autres banques centrales ainsi que ceux qui veulent plus de stimulus c’est à dire tout le monde.

L’euro a atteint un sommet de 1.0873 face au dollar avant que les acteurs du marché aient réalisé que Mario a proposé plus d’assouplissement qu’ils n’en avaient initialement prévu ce qui a entrainé ensuite la paire à 1.0612. Idem pour EUR / JPY, qui a grimpé jusqu’à 123,36 avant de redescendre à 121,04 et EUR / GBP, qui est tombé d’un sommet de 0,8570 à son prix de clôture 0,8432.

Y a t’il eu réellement un consensus sur ces décisions ?

Mario Draghi a qualifié la décision comme un très large consensus, essentiellement parce que Weidmann de l’Allemagne a cédé à la décision d’étendre leur programme d’assouplissement quantitatif. Si vous vous souvenez, l’Allemagne a fait pression pour une politique plus stricte de la BCE, disant que les politiques ultra-lâches prolongées retardaient les réformes qui sont critiques dans les économies les plus faibles de la zone euro. En 2012, Mario Draghi a averti que la BCE ferait tout ce qu’il faut pour préserver l’euro.

Mais après des années de dépenses de milliards d’euros et toujours sans atteindre leurs objectifs, c’est quelque soit les moyens employés y compris maintenant être créatif dans ses annonces de politique monétaire. Ils doivent maintenant trouver un moyen de continuer à faire ce qu’ils font, tout en rassurant ceux qui demandent un resserrement de leurs politiques. Dans le même temps, ils doivent également convaincre ceux qui ont besoin d’un stimulus que la BCE continuera à fournir un soutien, même si ses options sont limitées.

Finalement, nous devons juger la politique de la Banque Centrale Européenne par ses actions et, sur la base des derniers changements de politique et il semble que les politiques monétaires  accommodantes sont là pour rester.

Please follow and like us:

Article intéressant? Faite passer l'info :)