Pourquoi épargner, quels sont vos objectifs ? Il est important de vous poser les bonnes questions avant de souscrire un contrat d’assurance vie de manière à souscrire le bon contrat. Nous avons répondu aux questions que vous devrez vous poser.

Dans quel objectif vous souhaitez souscrire un contrat assurance vie ?

L’assurance-vie est avant tout un support d’épargne à moyen et long terme. Si votre souhait est de pouvoir utiliser ce capital à court terme ce n’est pas sur ce support de placement qu’il faut investir mais plutôt un livret d’épargne ou un compte à terme. vous trouverez quelques offres promotionnelle dans notre rubrique livret d’épargne.

Donc l’assurance vie pour permet d’épargner sur le moyen/long terme pour financer un projet par exemple en faisant fructifier votre capital que vous pourrez récupérer avec le taux d’imposition le plus faible tout en sachant qu’en cas de décès votre capital ne sera pas perdu mais transmis aux bénéficiaires désignés avec un cadeau fiscal en prime.

L’assurance-vie c’est un peu comme le couteau suisse, il peut être utilisé pour répondre à plusieurs objectifs comme:

  • la constitution d’un capital d’apport ou de financement pour réaliser un investissement immobilier, professionnel ou personnel,
  • pour financer les études de vos enfants,
  • pour vous permettre d’avoir un complément de revenu,
  • pour préparer votre succession, etc.

Comment épargner progressivement avec l’assurance-vie ?

Lors de la souscription de votre contrat d’assurance vie vous devez verser un capital initial qui peut varier de 10 euros à plus de 1 000 euros pour les contrat dit haut de gamme. Ensuite libre à vous d’alimenter votre assurance vie comme vous le souhaitez. Vous avez la possibilité d’effectuer soit :

  • des versements libres sachant qu’il y a un montant minimum à respecter selon votre contrat mais ils sont habituellement faibles,
  • des versements programmés, dans ce cas un prélèvement automatique est fait sur votre compte bancaire tous les mois par exemple et quand vous le souhaitez avec un montant déterminé à l’avance. Vous épargner ainsi à votre rythme (mensuel, trimestriel ou semestriel) en fonction de votre budget. Ceci ne vous empêche pas d’effectuer des versements libres en complément.

Au bout de quelque années et à plus long terme vous pourrez disposer d’un capital que vous aurez constitué sans même vous en rendre compte et votre rythme, l’idéal étant de commercer dès votre entrée dans la vie active sachant que cela ne vous dispense pas d’investir également dans une résidence principale ou des investissements locatifs.

Quelle est la disponibilité de mon épargne ?

Quelque soit l’objectif qui vous a amené à souscrire une assurance vie, l’argent que vous avez placé sur votre contrat reste disponible quand vous en avez besoin que ce soit pour faire face à des imprévus ou pour financer un de vos projets. L’idée que votre argent est bloqué est fausse, ne vous fiez pas à ceux qui prétendent qu’il vous faudra attendre 8 ans avant de pouvoir toucher votre capital. Le délai de 8 ans correspond simplement à un délai fiscal au delà duquel votre contrat est moins taxé.

La procédure pour récupérer tout ou partie de votre capital peut être soit:

  • un rachat partiel, qui vous permet de récupérer une partie du votre capital,
  • un rachat total qui vous permet de tout récupérer et de clôturer votre contrat,
  • une avance qui vous permet de récupérer une partie de votre capital sous forme de prêt sans toucher physiquement à votre capital avec l’avantage qu’en ne touchant pas votre capital il n’y a pas de taxation.

Concernant la fiscalité applicable aux contrats d’assurance vie, elle dépendra de la date à laquelle vous avez souscrit votre contrat.

Quel régime fiscal pour les rachats ?

Le rachat qu’il soit total ou partiel est soumis à deux règles fiscales principales:

  • Soit vous optez pour une imposition au titre de l’impôt sur le revenu, c’est à dire vous intégrez la plus-value réalisée dans votre revenu l’année du rachat. Dans ce cas votre plus-value sera imposée sur le barème de l’impôt sur le revenu.
  • Soit vous optez pour une imposition forfaitaire dit prélèvement forfaitaire libératoire:
    • 35% si votre contrat à moins de 4 ans d’ancienneté,
    • 15% si votre contrat à moins de 8 ans d’ancienneté.
    • 7,5% si votre contrat à plus de 8 ans d’ancienneté.

Mais dans tous les cas vous profitez d’un abattement, c’est à dire que vous ne serez taxé que sur la partie supérieure à:

  • 4 600 euros pour un célibataire, veuf ou divorcé,
  • 9 200 euros pour un couple marié ou pacsé soumis à imposition commune.

Si vous avez le choix concernant l’imposition des plus-value, vous n’en n’avez pas concernant les prélèvement sociaux. Les gains sont Les gains soumis aux prélèvements sociaux à la source, c’est la compagnie d’assurance qui les reverse aux impôts.

Sachez toutefois qu’il y a des cas qui vous exonère d’impôts sur le revenu, ils sont liés aux accidents de la vie (chômage, invalidité).

Un contrat multisupport, c’est quoi ?

Contrairement aux contrats mono-support qui ne donne la possibilité que d’investir dans un fond dit Euro avec garantie du capital, un contrat multisupport vous permet de choisir sur quel support votre argent va être investi que ce soit en fond Euro, Sicav (Société d’Investissement à Capital Variable), Fcp (Fond Commun de Placement), immobilier, etc… Le contrat multi-support permet de diversifier son épargne contrairement au mono-support où tous les œufs sont dans le même panier.

Pour tirer parti d’un placement à long terme c’est l’idéal car les performances des marchés financiers (ou immobilier) sont meilleures sur le long temps car sur le court terme vous êtes face à la volatilité; La contrepartie, c’est d’accepter de prendre le risque de perte en capital mais plus votre horizon de placement est important plus le risque de perte en capital  est faible. C’est le support idéal pour préparer sa retraite par exemple, mais à l’approche de la retraite il ne faut oublier de basculer votre plus-values acquises dans le fond Euro.

Avec le risque de hausse de taux qui pourrait mettre en difficulté les fonds Euro des compagnie d’assurance, de plus en plus de compagnies impose une part des versements en unités de compte.

La diversification de mon épargne ?

Les contrats multisupports proposent généralement une belle diversité de supports qui permet la diversification de l’épargne, dont :

  • des fonds en Euro
  • des supports en unités de compte (SICAV, FCP…) investis en actions, obligations, matières premières, ect…
  • des parts de SCPI (société civile de placement immobilier),
  • des OPCI (organisme de placement collectif immobilier),
  • etc…

Pour investir sur ce type de support, l’important est de bien contrôler votre risque. Quelle est votre risque de perte et de combien ? Une des caractéristiques importantes du multisupport est la possibilité de réaliser des arbitrages tout au long de la vie du contrat, c’est à dire que vous pouvez remplacer un support par un autre selon la période économique un peu comme sur un compte titre mais avec les avantages de l’assurance vie sans conséquences fiscales puisqu’il n’y a pas d’impôt sur ces plus-values.

Peut-on souscrire plusieurs contrats d’assurance vie ?

Vous pouvez détenir plusieurs contrats d’assurance vie en France et à l’étranger ce qui peut procurer des avantages dont le fait de diversifier de manière plus opaque ses bénéficiaires, de diversifier ses stratégies de placement, etc…

Les contrats d’assurance vie en ligne commercialisés sur internet ont de nombreux avantages que n’avait pas les anciens contrats, aujourd’hui il est préférable de souscrire votre contrat d’assurance vie en ligne sans frais tout en conservant vos contrats actuels pour leurs avantages fiscaux acquis.

Choisir entre gestion libre, gestion profilée ou gestion sous mandat ?

Parmi les nombreux contrats d’assurance vie qui existent, ceux proposés par les banques en ligne en particulier permettent d’accéder à des modes de gestion plus ou moins évolués :

  • La gestion libre, celle dont vous avons parlé ci-dessus ou vous gérez votre contrat, réalisez les versements, les arbitrages, etc…
  • La gestion guidée ou profilée, vous choisissez votre profil de gestion: prudent, équilibré ou dynamique pour enfin ce qui vous donne accès à des fonds correspondants à votre profil emprunteur. Vous êtes autonome tout en restant guidé.
  • La gestion sous mandat, dans ce cas vous déléguez, en fonction de votre profil, la gestion de votre contrat à un spécialiste qui gèrera pour vous la répartition de vos placements ainsi que les arbitrages quand ils seront nécessaires.

Vous pouvez également combiner ces différents types de gestion dans un même contrat.

Le contrat au décès du souscripteur ?

Lorsque vous souscrivez une contrat d’assurance vie vous êtes le souscripteur. Lors de la souscription de votre contrat la compagnie vous demande de remplir la clause bénéficiaire dans laquelle vous devez indiquer le ou les personnes physiques qui recevront en cas de décès le capital du contrat.

Pour cela l’assurance-vie est un outil très souple pour gérer la transmission d’un patrimoine sachant qu’en plus les bénéficiaires de votre contrat bénéficieront d’une fiscalité très avantageuse en cas de décès. Toutefois les règles fiscales dépendent des dates auxquelles les versements ont été effectués:

  • avant l’age de 70 ans:
    • le montant versé à chaque bénéficiaire est exonéré jusqu’à 152 500 euros,
    • au delà de 152 500 euros jusqu’à 700 000 euros taxation à 20%,
    • au delà de 700 000 euros taxation à 31,25%.
  • après l’age de 70 ans les bénéficiaires se partagent un abattement global de 30 500 € mais au-delà de cette somme les primes versées (les versements) font partie de l’actif successoral mais tous les intérêts capitalisés sont exonérés.

Pour le conjoint marié ou pacsé aucun droit n’est à payer par le conjoint survivant dans le cadre de la succession du conjoint décédé.

Please follow and like us:

Article intéressant? Faite passer l'info :)